Decouvrez tous nos articles

L'exportation des produits agricole

Rédigé par Mme. Narimene BOUZID, SOLEIL HEC

L’Algérie ce pays au climat généreux, offre une large gamme de produits de qualité et faible recours aux produits chimiques. Elle a tous les atouts nécessaires pour développer le secteur de l’agriculture, et pouvoir occuper une place importante sur les marchés internationaux en exportant ses produits agricoles. De nos jours, on dit que le secteur de l’agriculture est considéré comme la locomotive devant remplacer les hydrocarbures. 

Fut un temps où l’Algérie, le plus grand pays d’Afrique était considérée comme le grenier qui pourvoyait les pays européens, en leur fournissant des produits agricoles de haute qualité grâce à ses terres agricoles fertiles et à sa large diversité de milieux agro-climatiques. Hélas, ce n’est plus le cas aujourd’hui et cela est dû à plusieurs facteurs, mais aujourd’hui on ne va pas se poser la question “ Pourquoi?” Mais plutôt “ l’Algérie pourra – t- elle un jour occupée cette place à nouveau? A-t-elle le potentiel nécessaire pour pouvoir fleurir dans le secteur de l’exportation des produits agricoles et l’agriculture en général? “.

L’Algérie, de par sa diversité culturelle et son vaste territoire, regorge de produits de qualité bien à elle.

« La population associe à ces produits un imaginaire et des savoirs faire particuliers, qui leur confèrent le statut de véritable patrimoine commun. Au-delà du simple fait de consommation, la population a su développer des systèmes de culture ingénieux et tisser des relations étroites avec ses produits. Le vin, l’huile d’olive et les dattes sont emblématiques de ces produits typiquement méditerranéens qui ont traversé des siècles » (Hajou, Cheriet 2013).

Une économie basée sur l’exportation des hydrocarbures qui génèrent la totalité de ses recettes à l’étranger, a fait de l’Algérie un pays mono exportateur dépendant de ces produits au détriment des autres secteurs d’activités. Pour ce qui est du secteur de  l’agriculture, les produits de terroir connaissent depuis quelques années un développement rapide mais mis à part pour quelques uns, comme le vin et les dattes, les autres ne sont pas reconnus comme d’origines et n’ont pas de label. Cependant l’état a décidé de prendre des initiatives et mesures importantes en entamant  des processus de labellisation de quelques produits algériens en s’inspirant des démarches européennes, comme cela est le cas pour la figue de Béni Maouche. 

Toufik Hadkeheil, président du cluster algérien de fruits et de légumes à l’export, a plaidé lors de son passage dans l’émission l’invité de la rédaction de la chaîne 3, en faveur d’une stratégie globale pour l’encouragement des productions agricoles algériens, il s’est montré très optimiste en ne cessant de répéter que “Rome ne s’est pas faite en un jour” pour prouver qu’avec une stratégie d’exportation efficace et un travail continu et régulier, l’exportation des produits agricoles algériens connaitra un vrai changement. Il affirme aussi lors de son passage, qu’une collaboration a été mise en place avec des laboratoires allemands Globacap afin de nous transmettre les bonnes pratiques agricoles afin que nos produits respectent les normes internationales, ce qui va nous ouvrir les portes vers les marchés internationaux et avoir un couloir vert sur le reste du monde, ce qui est un grand avantage non négligeable pour l’Algérie.

L’avenir des exportations des produits agricoles de l’Algérie est donc très prometteur si on met en place une stratégie efficiente, une bonne gestion et un personnel qualifié qui saura exploiter le potentiel qu’offre ce pays.

Des exemples de réussites dans ce domaine existent, telles que le Groupe Tahraoui, Kherbouche, Hadoud, qui ont grandement contribuer au développement et à l’essor des produits agricoles algériens à l’export.

Donc pour répondre aux questions posées au début de cet article, on peut dire que l’Algérie a tout le potentiel nécessaire pour fleurir et évoluer dans le secteur de l’agriculture et faire de ce secteur la source qui génère la quasi totalité des recettes à l’étranger et ne plus dépendre des hydrocarbures, et être considéré à nouveau comme le grenier de l’Europe et occuper une place importante dans le domaine de l’agroalimentaire dans le monde entier ce qui donnera un autre tournant à l’économie algerienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *